Martine, Huesca…. et Florian

Aussi loin que remontent mes souvenirs, j’ai vécu avec des chiens :

Monette, la chienne loup de mes grands parents qui avait droit aux caresses et calins avant même que je ne disie bonjour à mon grand père,

Ripe, le chien fugueur, mal aimé de mon autre grand père, condamné à la chaîne mais grand confident de mes chagrins de petite fille,

Denise, cadeau de Pascal pour mes 20 ans. Denise, savant mélange de pékinois et bichon maltais qui a été présente pour tous les événements importants de notre vie : notre mariage, la naissance de Marc et de Florian, et avec qui, sans en connaître les termes, j’ai appris les bases de l‘éducation canine,

Russka, husky adoptée à 03 ans qui s’est si bien intégrée à la famille, et qui chipait le pain resté sur la table pour le partager avec un certain Florian commençant juste à marcher à 04 pattes,

D’autres aussi, mais comment leur rendre hommage à tous ?

Puis est arrivée Huesca, et là commence une histoire dans l’histoire :

C’est l’histoire d’une rencontre improbable et d’une adoption réussie. Huesca est l’achat coup de cœur d’une dame qui n’avait pas évalué à sa juste valeur l’énergie que demande l’éducation d’un Berger Australien. A huit mois, en pleine crise d’adolescence, la Miss était en train de devenir incontrôlable. Prenant conscience de ses limites et par amour pour sa chienne, cette dame a décidé de se séparer de Huesca. Nous venions de perdre notre Setter Gordon, et étions décidés à prendre un chiot berger australien, merle de préférence, mais plus tard, quand nous serions rentrés de voyage…

Mais le destin en a décidé autrement : une amie m’a parlé de Huesca. Pascal et moi sommes allés la voir, en sommes tombés amoureux et 02 jours plus tard, elle arrivait à la maison avec son petit baluchon… et ses mauvaises habitudes d’adolescente en pleine crise…

Il nous a fallu à peine 15 jours pour comprendre que si nous voulions réussir l’adoption de Huesca, il fallait que nous nous fassions aider. La solution ? Aller en club !

Et me voilà, débarquant au CCC par un beau samedi d’avril 2013 !

Un éducateur à l’écoute, une équipe super, une atmosphère, et puis le résultat !

Florian, entre lycée et stages a participé très activement à l’éducation de Huesca, parvenant, tout comme moi à se sentir «comme chez lui» au club et s’y faisant de véritables amis.

Après 02 ans de présence assidue aux cours, Huesca n’a plus vraiment besoin d’éducation mais d’entretien de ses acquis, et c’est un excellent prétexte pour continuer à venir au club (on s’y sent si bien ! ). Elle n’a pas vraiment d’aptitudes pour l’agility (elle sait faire mais ne veut pas) ni pour l’obéissance. Par contre Huesca excelle dans son rôle de chien visiteur :

Grâce au club et après un stage de deux jours en février 2014 pendant lequel Huesca et moi avons appris la théorie et testé notre aptitude à être de bons intervenants, nous nous sommes lancées dans l’aventure, sous la houlette bienveillante de Véronique.

Nous intervenons aussi bien en maisons de retraite qu’auprès des bambins de crèche, mais là où nous nous « éclatons » le plus Huesca et moi, c’est auprès des personnes en difficulté : la maison des Oiseaux ou l’IMP de Valençay. Huesca sait très bien approcher ces personnes et se faire aimer d’elles, obtenant des gestes, des sourires ou des petits riens mais à forte valeur pour les encadrants. Et pour moi, c’est le bonheur d’être à ses cotés, de la guider dans cette activité et de la voir si heureuse dans son rôle. Ces moments partagés avec Huesca et toutes les personnes visitées sont de véritables moments de paix : donner pour donner, sans rien attendre en retour, juste pour avoir le plaisir de voir la joie dans les yeux et les sourires des bambins, des personnes en difficulté ou agées ! Ça n’a tout simplement pas de prix !

Une autre aventure est en train de s’écrire avec Huesca : au mois de septembre, elle devrait être maman, et grâce à elle (et Elton ! ) nous allons vivre l’expérience de chiots découvrant le monde depuis notre maison.

L’histoire devrait ensuite continuer avec sa fille ou son fils, qui je l’espère aura des aptitudes pour l’obéissance. Le club a encore beaucoup à nous apporter et je crois bien que je vais continuer à vivre de très belles aventures avec le CCC…

Tout comme j’espère que l’histoire continuera aussi pour Florian : Lui aussi, un jour devrait dire « j’ai toujours vécu avec des chiens » car je sais que la passion qu’il s’est découverte, grâce au club, pour le monde du chien n’est pas prête de disparaitre.

Martine

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.